La leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) est un cancer du sang et de la moelle osseuse. C’est le cancer pédiatrique le plus fréquent aux États-Unis et en Europe. Plus de 13 000 cas sont diagnostiqués chaque année, principalement chez des patients de moins de 20 ans.

L’asparaginase est incluse depuis plusieurs années dans les protocoles de traitement de la LAL, mais une hypersensibilité lui est associée qui limite son utilisation chez près de 30 % des patients. L’interruption des traitements à l’asparaginase induit un taux de survie sans récidive de LAL plus court, soulignant le besoin d’options supplémentaires pour que ces patients puissent recevoir un traitement à l’asparaginase.

Eryaspase a été évaluée dans plusieurs essais cliniques dans la LAL, avec notamment une expérience clinique encourageante et une facilité d’administration chez les patients ayant développé préalablement des réactions d’hypersensibilité à l’asparaginase. Ce socle d’observations nous a poussé à approfondir l’évaluation d’eryaspase dans le traitement de la LAL chez ces patients.

En 2016, une étude de Phase 2 parrainée par la Société nordique d‘hématologie et d’oncologie pédiatrique (NOPHO) a été initiée afin d’évaluer l’utilisation d’eryaspase chez les patients atteints de LAL ayant développé des réactions d’hypersensibilité à l’asparaginase pégylée. L’étude NOR-GRASPALL-2016, conduite au travers de 21 sites cliniques dans les pays scandinaves et les pays baltes, a inclus 55 patients. En 2020, des résultats positifs de l’étude ont été présentés au congrès annuel de l’American Society of Hematology (https://doi.org/10.1182/blood-2020-139373). Administré une semaine sur deux en association avec une chimiothérapie, eryaspase a généré un niveau soutenu d’activité enzymatique de l’asparaginase et a été généralement bien toléré avec peu de réactions d’hypersensibilité.

En s’appuyant sur les résultats de l’étude sponsorisée par NOPHO, la Société prévoit de demander l’approbation d’eryaspase pour les patients atteints de LAL et ayant développé une hypersensibilité à l’asparaginase dérivée d’E.coli, aux États-Unis et en Europe.

Menu